ENSEMBLE, CONTINUONS LE TRAVAIL !


Plateforme 2017-2021

Chers amis, chères amies,

Si les quatre dernières années m’ont prouvé une chose, c’est qu’en travaillant ensemble, rien n’est impossible.

Depuis mon arrivée à la mairie, chacune de nos nombreuses réalisations a été le fruit d’un engagement solide de la part des élu-es qui font équipe avec moi, et également de la part des leaders de la communauté et de la société civile montréalaise. Tous et toutes ont compris que Montréal avait besoin d’un nouveau départ et ont mis l’épaule à la roue.

D’ailleurs, le nombre de nouveaux projets, programmes et politiques élaborés par mon administration au cours de notre premier mandat est tout simplement impressionnant. Voilà bien la preuve qu’il y avait un immense vide à combler.

Et voilà pourquoi nous devons nous assurer que toutes nos actions se réalisent et se consolident au cours des quatre prochaines années. Nous devons continuer le travail ! Et il y a beaucoup à faire !

En faisant confiance à mon équipe en 2013, vous nous avez signalé qu’il fallait rompre avec le passé et bâtir pour l’avenir. Qu’il fallait faire de Montréal la ville de tous les Montréalais et de toutes les Montréalaises, une ville inclusive où personne n’est laissé de côté. La ville du vivre-ensemble.

Vous nous avez dit qu’il fallait encourager le développement économique, mais pas à n’importe quel prix. Pas au détriment de la cohésion sociale et du développement durable. Ces trois réalités sont dorénavant indissociables.

Vous nous avez demandé de réparer la ville et de l’embellir, tout en préservant l’attrait de ses arrondissements, de ses quartiers et de ses milieux de vie. D’en faire une métropole à échelle humaine.

Enfin, vous nous avez confié le souhait que Montréal reprenne sa place de leader, qu’elle intervienne dans les dossiers et les décisions qui la concernent à Québec et à Ottawa, qu’elle prenne part aux enjeux qui touchent les grandes villes de la planète.

Aujourd’hui, Montréal a retrouvé sa vigueur, son audace et sa volonté de se surpasser. Mon équipe est prête à s’engager à nouveau, tant à la mairie de Montréal que dans les tous les arrondissements.

Ensemble, continuons le travail !

En novembre 2013, l’une des grandes préoccupations des Montréalais et Montréalaises était l’élimination de la corruption et de la collusion dans les processus d’appel d’offres et d’attribution des contrats municipaux. Une de nos toutes premières actions a été de créer le Bureau de l’inspecteur général ( BIG ), avec à sa tête Me Denis Gallant. Depuis, le BIG veille de manière constante à l’intégrité de l’appareil municipal.

Par ailleurs, nous avons concentré nos efforts au redressement des finances de Montréal en freinant la croissance des dépenses, tout en maintenant l’augmentation des taxes inférieure au taux d’inflation. Ainsi, la proportion du budget allouée en salaire et avantages est passée de 51 % du budget total de la Ville en 2014 à 44 % en 2017. Ce contrôle serré des dépenses a permis à la Ville de dégager une marge de manoeuvre financière nécessaire pour un réinvestissement majeur dans nos infrastructures ( chaussée, aqueducs et égouts ). Cette approche responsable a eu un impact direct et immédiat sur la cote de crédit de Montréal qui a été rehaussée de A+ à AA-.

Nous avons réalisé et entamé de grands réaménagements urbains depuis 2013 qui ont carrément transfiguré Montréal. Nous n’avons qu’à penser à la dé molition de l’autoroute Bonaventure et à sa transformation en boulevard Robert-Bourassa où l’on retrouve des chefs d’oeuvres d’art public. Cette nouvelle entrée du centre-ville est digne des plus grandes métropoles du monde.

Le 375e anniversaire de Montréal a été une occasion unique pour Montréal et les gouvernements de Québec et d’Ottawa d’investir des sommes importantes dans des legs qui serviront aux générations futures. Parmi ceux-ci, on compte le recouvrement de l’autoroute Ville-Marie, qui permettra de corriger une erreur d’aménagement majeure en raccordant le Vieux-Montréal au reste de la Ville. Dans quelques années, une nouvelle place, la Place des Montréalaises, fera le pont entre deux portions de la Ville séparées depuis des décennies. Pas très loin de là, nous avons entamé le réaménagement du square Viger, pour le rendre plus sécuritaire, tout en respectant la mémoire et l’oeuvre de Charles Daudelin, l’un des plus grands pionniers de l’intégration de l’art public au Québec. Tous et toutes pourront profiter d’espace urbain unique à échelle humaine.

Nous avons aussi entamé tout le processus de réfection et réaménagement de la portion Ouest de la rue Sainte-Catherine. Cette rue commerciale mythique retrouvera tout son lustre lors du second mandat et sera desservie par le Réseau électrique métropolitain, qui comptera deux stations au centre-ville.

Pour encadrer le développement du centre-ville au cours des 10 prochaines années, nous avons mis au point notre Stratégie centre-ville, qui traduit notre vision d’un lieu où il fait bon vivre, travailler, faire des affaires, se déplacer et se divertir ( voir l’encadré ).

LA STRATÉGIE CENTRE-VILLE

Le centre-ville de Montréal connaît un élan extraordinaire, tant sur les plans démographique et économique que culturel et immobilier. Grâce à la participation citoyenne des Montréalais et des Montréalaises, nous avons défini les orientations qui guideront son développement au cours des prochaines années :
  • • Augmenter de 100 000 déplacements par jour l’offre de transport collectif à destination du centre-ville
  • • Transformer les secteurs situés aux entrées de ville en des quartiers dynamiques et ouverts sur le fleuve : le secteur Square Papineau–Pied-du-Courant ( Est ) et le secteur Bassin Peel–Bridge-Wellington ( Ouest )
  • • Implanter quatre nouvelles écoles primaires et une nouvelle école secondaire publiques
  • • Ajouter 1 000 logements de trois chambres et plus au centre-ville, dont une proportion significative sera abordable pour une famille qui achète une propriété pour la première fois.

Parallèlement à ces grands projets, notre administration a pris ses responsabilités face à un défi moins joyeux. Pendant des décennies, nos infrastructures de base ont souffert d’un sousinvestissement dramatique. Nous avons décidé de nous attaquer à leur désuétude plutôt que de reporter le problème. Ce sont 5 100 km de chaussées et de conduites d’eau qui seront remises à niveau dans les dix prochaines années. La maison que nous léguerons aux générations futures sera en ordre.

Bien évidemment, nous avons travaillé à réduire les impacts de ces travaux sur nos résidents et commerçants en améliorant nos méthodes et notre planification, tout en instaurant des mesures d'atténuation sur la circulation et des innovations quant au design de chantiers. Et la Ville améliorera ses pratiques pour réduire le plus possible les impacts sur la circulation.

Le béton, les infrastructures de même que les grandes places n’ont pas de sens si les citoyens et les citoyennes, et leur capacité de bien vivre ensemble, ne sont pas au centre des préoccupations de l’administration municipale. Lors du mandat 2013-2017, nous nous sommes évertués à développer des politiques et programmes que nous poursuivrons. Nos réalisations sont nombreuses ( voir l’encadré ) et nous devons tous ensemble continuer le travail.

  • • Politique de l’enfant
  • • Le Bureau d’intégration des nouveaux arrivants à Montréal ( BINAM )
  • • Observatoire international des maires sur le Vivre ensemble
  • • Concertation Montréal - CRÉ
  • • Itinérance, pauvreté et marginalisation. Montréal une véritable pionnière.
  • • Centres d’injection supervisée
  • • Politique de l’itinérance ( La première de l’histoire de Montréal )
  • • Dénombrement, création du poste de protecteur itinérance, 2e plan d’action sur l’itinérance, réunir les grands acteurs communautaires, polices, etc.
  • • Politique de développement social Montréal de tous les possibles !
  • • Réconciliation et relations avec les peuples autochtones ( une première en Amérique du Nord )
  • • Drapeau, Adoption de la Déclaration ONU, création du poste de commissaire aux Affaires autochtones, Célébration du 10e anniversaire de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, etc.
  • • Politique de développement culturel 2017-2022
  • • Promouvoir l’autochtonie ouverte et contemporaine ainsi que la richesse des cultures et de l’histoire autochtone de Montréal.
  • • S’assurer que l’ensemble des artistes professionnels montréalais puissent contribuer à leur pleine mesure au développement culturel de la Ville.
  • • Avant la fin de 2017, mettre en oeuvre un mécanisme de collaboration dynamique entre les Services de la culture et du développement économique afin de décupler l’impact des actions posées
  • • Bilan féministe positif :
  • • Création de haltes garderies lors des conseils municipaux et de plusieurs conseils d’arrondissement pour encourager les familles et les femmes à venir assister aux conseils ou à se présenter comme élues.
  • • Création des Hirondelles pour la sécurité des femmes et des personnes vulnérables dans les festivals.
  • • Atteinte de la zone paritaire entre les femmes et les hommes au niveau des cadres de la ville.

La santé économique de Montréal s’est extrêmement bien portée au cours du mandat.

Une administration doit mettre en place les conditions favorables à la croissance économique, ce que nous nous sommes évertués à faire. Par ailleurs, nous nous sommes assurés que cet essor économique se fasse au service du bien-être des citoyens et des citoyennes en créant un véritable partenariat social à travers des politiques progressistes, audacieuses, responsables et durables.

Le taux de chômage, à 8 %, est à un creux historiquement bas depuis 30 ans. Quand nous arriverons à mieux intégrer les nouveaux arrivants au marché du travail notamment grâce à la reconnaissance des acquis et aux mesures mises en place par la Ville, c’est le plein-emploi ( estimé à 4 % ) que nous atteindrons. Autre chiffre significatif : le nombre de personnes en emploi est en hausse de 5,2 % en 2017 par rapport à 2016, avec la création de 51 000 emplois, dont 34 400 postes à temps plein.

Les mises en chantier sont aussi en hausse, notamment dans le secteur commercial, avec quatorze nouveaux hôtels. Comme le tourisme atteint des sommets historiques, la construction de nouveaux hôtels démontre à la fois la confiance des investisseurs et la réponse à un besoin qui perdurera après les festivités du 375e. Conséquence de l’augmentation de la demande, les tarifs quotidiens sont en hausse.

Le tourisme ( + 4,6 % en 2017 ), notamment le nombre de croisiéristes ( + 9,8 % en 2017 ), est également en forte hausse, et ces chiffres ne sont pas étrangers à l’augmentation du nombre de vols directs vers Montréal. Dix-huit nouveaux vols directs internationaux se sont ajoutés depuis le début de l’année 2016. Aujourd’hui, Montréal en compte 85 et d’autres devraient s’ajouter au cours des prochaines années.

La valeur des permis de construction non résidentielle est estimée à 289 millions $ en juillet, ce qui représente une hausse de 93 % par rapport à juillet 2016, principalement dans le secteur commercial, industriel et institutionnel.

Les taux d’inoccupation des bureaux et des espaces industriels sont également en baisse, ce qui indique que les entreprises se portent bien.

Notre volonté est également de rebâtir Montréal en lui faisant adopter les principes de la ville intelligente, ouverte et collaborative; une ville qui développe des solutions technologiques aux grands enjeux urbains. Dès sa création en 2014, notre Bureau de la ville intelligente et numérique a mis en oeuvre une trentaine de projets visant autant l’amélioration des services municipaux que la mobilité urbaine, la connectivité, la participation citoyenne et le développement économique. La mission fondamentale du Bureau de la ville intelligente est de mettre en place des outils citoyens pour développer la ville de demain. Le numérique permettra aussi une plus grande démocratie participative et un développement durable et efficace.

À la base de cette nouvelle philosophie, il y a notre politique de données ouvertes, par laquelle Montréal partage toutes les données qu’elle recueille et permet qu’elles soient utilisées à différentes fins, incluant des fins commerciales : archives photographiques, comptage des vélos et piétons, criminalité, stationnements, bref, plus de 250 jeux de données sont accessibles sur le portail des données ouvertes de la Ville. D’ici la fin de 2018, plus de 800 seront disponibles.

Cet effort de transparence a donné naissance à plusieurs nouveaux outils qui facilitent et encouragent la participation citoyenne : « Vue sur les contrats municipaux », « Vue sur le budget », « Vue sur la sécurité publique », par exemple. De même, nous avons adhéré au Réseau d’étalonnage municipal du Canada dans le but de comparer publiquement nos performances à celles d’autres villes canadiennes.

De par son poids démographique et économique, Montréal est la métropole du Québec et une grande métropole internationale. À ce titre, elle a un effet de locomotive sur l’ensemble de l’économie québécoise, à condition de disposer des outils nécessaires pour jouer pleinement ce rôle.

C’est aussi un avis que partage le gouvernement du Québec et celui-ci a adopté, le 21 septembre 2017, la Loi augmentant l’autonomie et les pouvoirs de la Ville de Montréal, métropole du Québec, qui nous accorde une plus grande marge de manoeuvre et une plus grande autonomie pour définir nos priorités, en plus de concrétiser de nouveaux pouvoirs et de nouvelles ressources en développement économique.

Ce projet de loi – de même que l’entente « Réflexe Montréal », dans laquelle le gouvernement reconnaît la contribution de Montréal au développement du Québec – représente une grande victoire pour les Montréalais et les Montréalaises. Ce nouveau statut de métropole nous permet déjà de procéder à des changements importants, notamment au niveau de l’habitation, de la rétention des familles, de l’intégration des immigrants et du développement économique.

Mais au-delà de ces nouveaux pouvoirs, il nous permet d’entrevoir l’avenir avec sérénité, forts d’un nouveau partenariat avec le gouvernement du Québec pour que nous puissions, ensemble, travailler au mieux-être des Montréalais et Montréalaises et de tous les Québécois.

Montréal s’est aussi démarquée au niveau international. Les villes jouent un rôle de contrepoids dans ce qu’on appelle la diplomatie urbaine internationale. Montréal est une véritable ville de solidarité internationale. Elle a signé de nombreux accords avec de grandes métropoles et des ententes bilatérales avec Paris, Londres, Shanghai, Séoul, Hiroshima, Chicago, Toronto et de nombreuses autres. Elle a aussi tissé des liens forts à travers des associations importantes telles :

    • Métropolis
  • • L’Association internationale des maires francophones ( AIMF )
  • • Cités et Gouvernements locaux unis ( CGLU )
  • • C40 Cities Climate Leadership Group ( C40 )
  • • Conseil international pour les initiatives écologiques locales ( ICLEI )
  • • L’Alliance des villes des Grands Lacs et du Saint-Laurent

Montréal, avec d’autres grandes métropoles, a participé à la conférence sur les changements climatiques COP21 en 2015, répondant à l’appel des Nations unies. Les grandes villes sont maintenant incontournables sur le plan diplomatique et Montréal joue son rôle.

Une présence accrue à l’international nous permet également d’attirer des investissements étrangers, des grands événements internationaux, des étudiants et des touristes, contribuant au développement économique de la métropole. Au cours du dernier mandat, nous avons réalisé une quinzaine de missions économiques à l’étranger. Durant cette même période, plus de dix nouvelles liaisons aériennes directes ont été établies entre Montréal et des métropoles comme Beijing, Tel-Aviv, Lyon, Houston et Shanghai.

LE TOURISME
EN PLEINE EXPANSION

Signe de la vitalité de Montréal, notre métropole a reçu plus de 10,2 millions de visiteurs en 2016, une hausse de 3,5 % sur 2015. Ces touristes ont effectué des dépenses de 3,3 milliards $, en hausse de 5,8 %. Avec les célébrations du 375e anniversaire, plus de 11 millions de touristes sont attendus en 2017.

Les élus et l’administration de la Ville de Montréal peuvent s’appuyer sur de nombreux organismes consultatifs dans leur prise de décision. Outre l’Office de consultation publique de Montréal, nous avons mis en place Concertation Montréal, un organisme d’où émergent de grandes orientations dans les domaines tels le savoir et la diversité, l’éducation et les sciences, la jeunesse, la gouvernance et la parité, l’économie sociale, la créativité numérique, l’environnement et le système alimentaire.

Nous avons aussi renforcé le rôle des différents conseils consultatifs tels le Conseil des Montréalaises, le Conseil jeunesse, le Conseil interculturel et le Conseil du patrimoine. Le Comité exécutif s’est engagé à répondre formellement à tous les avis que déposeront ces conseils.

Enfin, nous avons fait la promotion de la création de Conseils jeunesse dans tous les arrondissements de Montréal pour renforcer la prise en compte des intérêts et de la vision de notre jeunesse dans la prise de décision. À ce jour, trois Conseils jeunesse ont été créés, en l’occurrence, dans les arrondissements de Verdun, Ahuntsic-Cartierville ainsi que Pierrefonds-Roxboro, tous trois avec une majorité d’élu-es d’Équipe Coderre.

Il est extrêmement difficile de dire combien de consultations ont été tenues durant le dernier mandat à Montréal. Un nombre incalculable de consultations en amont ont été faites en arrondissement ou à la ville-centre pour des projets tels que les réaménagements de parcs et la plupart des projets réalisés par les Travaux publics. Ces consultations ne sont pas comptabilisées ni obligatoires. Il y a également toutes les rencontres de suivi à la suite de la réalisation de projets des Travaux publics ou avec les tables citoyennes dans le cadre des projets mis en place par la Direction sport, culture, loisirs et développement social.

PAR EXEMPLE DANS VILLE-MARIE, LES DONNÉES DEPUIS 2013

  • • Assemblées publique de consultation : 116 projets particuliers et modifications au règlement d’urbanisme
  • • Comité d’étude des demandes de démolition : 22 demandes de démolition

Montréal, c’est avant tout une multitude d’arrondissements, de quartiers et de milieux de vie : c’est ce qui fait sa beauté et sa richesse. Bien sûr, nous devons nous assurer que les services municipaux soient cohérents d’un arrondissement à l’autre ( déneigement, collecte des matières résiduelles, etc. ). Mais une métropole à échelle humaine doit passer par la vie de quartier et nous devons mettre tous les efforts pour favoriser celle-ci tant sur le plan des loisirs, de la cohésion sociale, de la croissance économique et du dynamisme culturel.

Ainsi, mieux vivre en ville, c’est de pouvoir pleinement profiter de l’urbanité, en jouissant d’aménagements urbains de qualité, d’espaces publics, d’installations sportives à niveau, de commerces de proximité, d’activités culturelles riches et variées, ainsi que de services municipaux efficaces et modernes, dignes d’une ville intelligente et numérique.

ENGAGEMENTS 2017-2021 :

DÉVELOPPER DES MILIEUX DE VIE ORIGINAUX À IDENTITÉ FORTE :

  • Investir avec les arrondissements dans l’amélioration des parcs et espaces verts, notamment compléter le plan directeur du parc Lafontaine ;
  • Soutenir les projets de ruelles vertes et blanches, y réduire la vitesse à 5 km/h et favoriser l’aménagement de trottoirs verts ;
  • Aménager un réseau de promenades urbaines, dans la foulée de la Promenade Fleuve-Montagne, afin de créer des liens entre les citoyens et citoyennes et entre les quartiers * ;
  • Implanter 10 nouvelles rues piétonnes ou partagées par année * ;
  • Appliquer la politique « Vision zéro » afin de protéger et d’assurer la sécurité de tous et de toutes sur nos routes, avec des mesures comme le réaménagement des intersections dangereuses, l’installation de feux piétons et de radars photo, la réduction des limites de vitesse, la réalisation de 50 km de pistes cyclables chaque année, etc. ;
  • Poursuivre et bonifier le programme des Brigades de propreté ;
  • Faciliter les projets citoyens de réappropriation des espaces publics, notamment par l’utilisation transitoire des bâtiments et terrains vacants ou sous-utilisés * ;
  • Poursuivre la planification de nos grands secteurs stratégiques, tels L’Assomption, Anjou-Langelier, Le Havre et Namur-de la Savane ;
  • Développer des politiques de soutien pour favoriser les commerces de proximité qui sont au coeur des milieux de vie.

UN AMÉNAGEMENT URBAIN EN RESPECT AVEC LE PATRIMOINE BÂTI :

  • Mettre en oeuvre le Plan d’action en patrimoine et renouveler les pratiques d’intervention et les moyens d’action en mobilisant les multiples partenaires * ;
  • Mettre en place une politique municipale d’architecture et de design et du bâtiment durable qui tient compte des principes d’accessibilité universelle * ;
  • Stimuler la qualité en matière de design et d’architecture sur tout le territoire en facilitant la pratique des concours et en mettant en place des mécanismes d’encadrement adéquats ;
  • Entreprendre, avec les arrondissements, un chantier sur l’harmonisation des règlements d’urbanisme locaux * ;
  • Appuyer la reconversion d’ensembles institutionnels majeurs, comme le site des Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph, l’hôpital Royal Victoria, l’ancien hôpital de la Miséricorde, l’ancien hôpital de Montréal pour enfants ou le site de la Maison de Radio-Canada.

INNOVER DANS LES SERVICES AUX CITOYENS ET CITOYENNES :

  • À la suite du lancement du projet pilote de 311 numérique, numériser tous les services municipaux prioritaires dans l’ensemble des arrondissements * ;
  • Mettre en place le service de Cour municipale numérique, qui permettra une plus grande accessibilité et une réduction des délais de traitement pour les citoyens * ;
  • Compléter la refonte du portail de la Ville de Montréal pour le rendre plus convivial ;
  • Poursuivre la transformation des bibliothèques municipales pour en faire des lieux intergénérationnels, d’inclusion sociale, d’accueil des nouveaux arrivants, d’apprentissage des nouvelles technologies et des espaces d’expérimentation.

CRÉER UN MILIEU VIE PROPICE AUX ENFANTS ET VIEILLISSEMENT ACTIF :

  • Instaurer un « réflexe enfant et aîné » chez tous les acteurs municipaux, afin de considérer l’incidence de chaque action sur les relations intergénérationnelles, sur la qualité du milieu de vie de nos enfants et aînés * ;
  • Continuer à rendre Montréal universellement accessible, en investissant au niveau des équipements ( toilettes, fontaines, lève-personne, mobilier fixe divers ) et des aménagements ( sentiers de parcs, aires de repos, espaces publics, aires d’exercice, stationnements, débarcadères, aires de jeux, etc. ) ;
  • Rendre 21 stations de métro universellement accessibles grâce à l’ajout d’ascenseurs.

INVESTIR DANS L’OFFRE DE SPORTS ET LOISIRS :

  • Poursuivre le programme de réfection des infrastructures sportives, incluant la réfection de terrains de balle, la mise aux normes des pataugeoires, jeux d’eau et piscines municipales et l’amélioration des terrains sportifs extérieurs de soccer, de tennis, de rugby et d’athlétisme ;
  • Implanter un programme pour augmenter le nombre de patinoires extérieures réfrigérées afin d’offrir des installations qui résistent mieux aux variations de températures lors de la saison hivenale * ;
  • En collaboration avec le gouvernement du Québec, examiner les moyens de favoriser une utilisation partagée des infrastructures et des équipements scolaires et municipaux * ;
  • Développer et adapter les programmes aux réalités socio économiques et culturelles pour en assurer l’accessibilité économique, sociale et universelle.

MISER SUR LA CULTURE COMME ÉLÉMENT RASSEMBLEUR :

  • Soutenir les initiatives culturelles des quartiers, l’art public, les murales, les pianos publics et les initiatives citoyennes ;
  • Augmenter l’offre de services de nos bibliothèques pour répondre aux besoins particuliers de certains publics dans une approche inclusive, particulièrement les personnes immigrantes et les groupes vulnérables ;
  • Poursuivre l’implantation et le développement artistique et commercial des quartiers culturel autour des équipements culturels, des bibliothèques, des lieux de création, de production et de diffusion ;
  • Introduire une nouvelle source de financement pour soutenir les festivals et les différents événements culturels de la métropole ; .
  • Compléter le pôle Ouest du Quartier des spectacles en aménageant l’Esplanade Clark, et poursuivre l’aménagement du pôle Est ( carré Saint-Laurent, Quartier Latin ) ;
  • Assurer une offre culturelle adaptée pour rejoindre toute la diversité montréalaise en tenant compte des réalités socio-économiques.

Une des réalisations majeures de notre administration a été le rapatriement de la maîtrise entière des programmes d’habitation. En effet, l’entente « Réflexe Montréal » signée avec le gouvernement du Québec dans le cadre du statut de métropole, fait en sorte que la responsabilité et les budgets de la Société d’habitation du Québec pour le développement de l’habitation sur notre territoire sont transférés à la Ville de Montréal, nous permettant d’élaborer une politique d’habitation qui tient compte des nombreuses réalités montréalaises.

Ces nouveaux pouvoirs se traduisent par des mesures avantageuses pour les familles, en offrant à ces dernières un programme d’accès à la propriété nettement plus généreux et des types de logements mieux adaptés à leurs besoins. Pour la première fois depuis longtemps, nous disposons d’un incitatif puissant pour influencer positivement la décision des familles d’acheter une propriété à Montréal, et particulièrement au centre-ville.

ENGAGEMENTS 2017-2021 :

FACILITER L’ACCÈS À LA PROPRIÉTÉ :

  • Bonifier l’actuel programme d’accès à la propriété pour encourager plus de familles à demeurer à Montréal, en augmentant à la fois l’aide financière accordée, le type de propriétés admissibles et les prix maximum autorisés * ;
  • Cibler non seulement les premiers acheteurs, mais aussi les jeunes familles déjà propriétaires, avec enfants de 5 ans et moins, qui ont besoin de plus d’espace *.

OFFRIR DES LOGEMENTS ADAPTÉS AUX FAMILLES :

  • Utiliser les nouveaux pouvoirs octroyés par la loi sur la métropole pour définir des exigences auprès des promoteurs immobiliers en matière de typologie des logements qui répondent aux besoins des familles * ;
  • Prioriser les familles dans le développement de nouveaux quartiers comme le Triangle, Pierrefonds Ouest ou l’Hippodrome.

CONSTRUIRE PLUS DE LOGEMENTS ABORDABLES ET SOCIAUX ET ÉTUDIANTS :

  • Lancer AccèsLogis Montréal, un programme d’aide pour la réalisation de 5 000 nouveaux logements sociaux et communautaires destinés à des ménages à faible ou modeste revenu * ;
  • Utiliser les nouveaux pouvoirs octroyés par la loi sur la métropole pour développer une stratégie d’inclusion de logements abordables et sociaux dans les projets immobiliers * ;
  • Atteindre l’objectif de 400 nouvelles unités dans les maisons de chambres du Plan d’action montréalais en itinérance ;
  • Travailler en concertation avec les partenaires pour favoriser la construction de logements dédiés aux étudiants à proximité des campus.

RENFORCER LES MESURES DE LUTTE CONTRE LES LOGEMENTS INSALUBRES :

  • Instaurer la pratique de la facturation aux propriétaires à l’égard des visites de suivi des inspections effectuées par la Direction de l’habitation * ;
  • Développer des outils de sensibilisation sur les droits et obligations des locataires, visant particulièrement les nouveaux arrivants * ;
  • Partager avec les arrondissements les meilleures pratiques de lutte contre l’insalubrité, incluant les mesures d’urgence comme les avis d’évacuation, les avis de détérioration et les travaux en lieu et place des propriétaires ;
  • Développer une grille d’analyse standard pour les inspections effectuées par la Direction de l’habitation et partager cette expertise avec les arrondissements ;
  • S’assurer de la formation continue des inspecteurs ;
  • Augmenter le nombre d’inspecteurs à la Direction de l’habitation * ;
  • Mettre en ligne un registre public des bâtiments inspectés par la Ville de Montréal et ayant le plus grand nombre de non-conformités .

La relance économique de Montréal est bel et bien en cours. Notre objectif est de la soutenir en maintenant un climat favorable pour les affaires, mais également d’agir directement auprès de certains secteurs porteurs qui vont nous aider à croître. Notre volonté a toujours été de privilégier une croissance inclusive, qui accorde un soutien à une variété d’acteurs dont la présence locale et le dynamisme constituent des atouts majeurs pour Montréal, comme les coopératives, le commerce de proximité ou les entreprises d’économie sociale.

Plus que jamais, Montréal devient un lieu qui favorise l’économie sociale, l’entrepreneuriat et l’innovation.

Le réseau PME-MTL, que nous avons créé en 2015, a permis d’accompagner 3 000 entreprises l’année suivante, et d’en financer plus de 500. Les nouveaux pouvoirs qui découlent de la loi sur le statut de métropole nous permettront d’en faire beaucoup plus.

À la base de l’innovation, il y a la recherche et la formation. Montréal est reconnue dans le monde pour la qualité de ses institutions d’enseignement supérieur; c’est pourquoi nous avons mis en place une formule de collaboration avec nos universités et cégeps qui nous permettra de développer des projets communs tout en accentuant le rôle primordial des étudiants et étudiantes et de la formation dans cette nouvelle économie du savoir.

ENGAGEMENTS 2017-2021 :

APPUYER LE COMMERCE DE PROXIMITÉ :

  • Appliquer un taux de taxation différencié sur une première tranche de valeur pour les immeubles non résidentiels, comme le permet dorénavant la loi sur l’autonomie municipale * ;
  • Appuyer l’aménagement de terrasses publiques et placotoires sur rues universellement accessibles par les arrondissements ;
  • Améliorer la réalisation et la coordination des chantiers en s’assurant de minimiser les impacts sur la qualité de vie des Montréalais et Montréalaises et particulièrement des secteurs commerciaux ;
  • Adopter une formule de compensation financière pour les commerçants dont les ventes sont affectées par des grands travaux d’infrastructures * ;
  • Mettre en place un Plan d’embellissement des artères commerciales ( mobilier urbain, éclairage, art public, animation culturelle, etc. ) ;
  • Créer un comité incluant les SDC afin d’évaluer les programmes existants et en concevoir de nouveaux répondant aux besoins exprimés ;
  • Accompagner les commerçants dans le nécessaire virage numérique.

ENCOURAGER L’INNOVATION, L’ENTREPRENEURIAT ET L’ÉCONOMIE SOCIALE :

  • Utiliser le réseau PME-MTL pour améliorer le service aux entrepreneurs et simplifier leurs démarches avec la Ville * ;
  • Utiliser les nouveaux pouvoirs prévus par la loi sur la métropole en matière de développement économique : abolition du plafond de subventions aux entreprises; pouvoir accru d’accorder des crédits de taxes ; pouvoir de céder ou de louer des immeubles à une valeur autre que la valeur marchande * ;
  • Dédier une part des appels d’offres de la Ville aux entreprises startups, aux coopératives et aux entreprises de l’économie sociale * ;
  • Inclure des clauses sociales dans les appels d’offres de manière à favoriser l’insertion sociale de clientèles particulières ;
  • Poursuivre le travail de simplification et d’harmonisation administrative et réglementaire afin de pouvoir répondre adéquatement aux besoins des entreprises ;
  • Créer, au centre-ville, une zone d’innovation et d’expérimentation où les entreprises et les citoyens et citoyennes pourront contribuer au développement des produits-prototypes de demain * ;
  • Organiser le tout premier Salon des entrepreneurs .

MISER SUR L’ÉCONOMIE DU SAVOIR :

  • Mettre sur pied un Bureau de l’enseignement supérieur, qui agira en tant que lien permanent entre la Ville et les établissements universitaires et collégiaux * ;
  • Élaborer une stratégie avec les établissements d’enseignement supérieur pour mettre en évidence leur contribution au développement économique, social et culturel de Montréal ;
  • Stimuler et multiplier les projets de collaboration entre la Ville, les universités, et l’écosystème entreprenarial, particulièrement en matière d’accueil et de rétention des étudiants internationaux.

DÉVELOPPER LES OCCASIONS D’AFFAIRES AVEC LES RÉGIONS ET LE MONDE :

  • Utiliser la nouvelle Maison des régions pour faciliter les maillages entre les entreprises des régions et celles de Montréal afin de développer les partenariats d’affaires, l’échange d’expertise et les alliances économiques ;
  • Offrir, par l’entremise de la Maison des régions, une vitrine pour les produits régionaux et les attraits touristiques des régions ;
  • Continuer d’appuyer Montréal International dans son mandat d’attirer des entreprises et des talents dans la métropole ;
  • Aider nos entreprises à exporter davantage en les invitant à participer aux missions commerciales du maire * .

En ratifiant la Déclaration de Paris en 2015, Montréal s’est engagée à réduire de 80 % ses émissions de gaz à effet de serre ( GES ) d’ici 2050. Sachant que le secteur des transports représente à lui seul 41 % des émissions de GES du Québec, l’atteinte de ces objectifs passe inévitablement par un effort soutenu en faveur des transports actifs et collectifs, ainsi que par le développement accéléré des solutions alternatives aux énergies fossiles.

Montréal est une ville verte. Au cours des dernières années, notre objectif de planter 300 000 arbres d’ici 2025 s’est heurté à un ennemi de taille : l’agrile du frêne. Il nous a fallu redoubler d’ardeur et investir massivement dans le traitement et l’abattage des arbres infestés. Résultat : 50 000 arbres plantés depuis 2012, malgré les défis de l’agrile du frêne.

Par ailleurs, nous poursuivons notre chemin vers l’objectif « zéro enfouissement », soit la réduction graduelle des déchets destinés à l’enfouissement. Depuis 2012, les matières éliminées ont diminué de 14 %, alors que les matières récupérées ont augmenté de 11 %. La collecte des matières organiques a permis de récupérer 71 125 tonnes de matières, en hausse de 83 % par rapport à 2012.

ENGAGEMENTS 2017-2021 :

ACTUALISER LE PLAN DE TRANSPORT DE L’AGGLOMÉRATION :

  • Procéder aux consultations publiques afin de mettre à jour le Plan de transport, en misant sur la sécurité et le fluidité de la circulation et en tenant compte des nouvelles réalités aux plans du stationnement, de l’électrification des transports et de l’arrivée des véhicules autonomes *;
  • Accompagner les arrondissements dans le développement de leurs plans locaux de transport ;
  • Offrir la tarification sociale des transports collectifs aux usagers à faibles revenus;

SOUTENIR LES TRANSPORTS COLLECTIFS :

  • Offrir un accès gratuit au métro et aux autobus de la STM les fins de semaine de quatre grands événements au cours de l’année ;
  • Appuyer le développement du Réseau électrique métropolitain ( REM ) ainsi que le prolongement de la ligne bleue du métro jusqu’à Anjou ;
  • Avec la STM, revoir complètement l’ensemble du réseau d’autobus afin d’en améliorer l’efficacité la fiabilité et la connectivité avec les grands projets comme le REM et le prolongement de la ligne bleue * ;
  • Avec la STM, l’ARTM et les autres partenaires, concevoir une plateforme qui permettra aux usagers de passer d’un mode de transport à un autre, tout en facilitant le paiement grâce aux nouvelles technologies mobiles * ;
  • Mettre en place le concept de « pôle de mobilité » pour encourager les citoyens et citoyennes à Moins utiliser la voiture, en offrant dans un même lieu différents modes de transport alternatifs comme les BIXI, les véhicules et les taxis électriques et les véhicules en libre-service et en auto-partage et le covoiturage*.

AMÉLIORER ET RENFORCER LE RÉSEAU CYCLABLE MONTRÉALAIS :

  • Poursuivre l’expansion du réseau cyclable, à raison de 50 nouveaux kilomètres par année ;
  • Favoriser un meilleur accès au centre-ville et permettre une transition plus efficace du réseau cyclable vers le transport collectif ( gares, stations de métro, etc. ) * ;
  • Améliorer la qualité du déneigement des voies cyclables tout en assurant un niveau de service comparable d’un arrondissement à l’autre ;
  • Faciliter l’accès en vélo aux différents pôles économiques, touristiques et institutionnels du centre-ville, avec le déploiement d’axes nord-sud traversant le centre-ville et une augmentation de l’offre de stationnements pour vélos ;
  • Implanter un réseau de pistes cyclables sécuritaire, avec une attention particulière pour les enfants, notamment pour les trajets maison-école ;
  • Planifier l’expansion du réseau de vélos en libre-service BIXI dans les arrondissements.

ASSURER LA FLUIDITÉ DE LA CIRCULATION :

  • Poursuivre la collaboration avec la STM et le gouvernement du Québec pour mieux connaître en amont les chantiers à venir afin d’améliorer le service dans les secteurs les plus touchés par les travaux routiers ;
  • Poursuivre l’implantation des panneaux d’affichage dynamique, qui informent les automobilistes en temps réel sur la disponibilité des espaces de stationnement ;
  • Finaliser le projet iBus, soit la localisation GPS en temps réel de tous les autobus de la STM, et le projet Géo-Trafic, une base de données permettant de connaître en tout temps l’état général de la circulation à Montréal ;
  • Mettre sur pied une stratégie visant à moduler les heures de livraison des camions au centre-ville, en prévoyant un encadrement progressif des gabarits des camions, en privilégiant l’accès à des véhicules « propres », et en évaluant la possibilité de mettre en place un centre de distribution urbain, avec véhicules électriques pour la livraison dans le « dernier kilomètre » * .

FAIRE DU STATIONNEMENT UN ÉLÉMENT CLÉ DE LA MOBILITÉ :

  • Simplifier la signalisation du stationnement sur rue * ;
  • Harmoniser la gestion et la tarification du stationnement à travers toute la ville ;
  • Créer un organisme municipal de gestion du stationnement * ;
  • Optimiser l’utilisation des places de stationnement grâce à un système de tarification dynamique, avec des tarifs plus hauts ou plus bas en fonction de la demande * ;
  • Développer, à l’aide d’un réseau de capteurs sur rue, un système d’information sur la disponibilité des places de stationnement en temps réel *.

ACCÉLÉRER L’ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS :

  • Poursuivre l’installation des bornes de recharge sur rue pour atteindre l’objectif de 1 000 bornes et accélérer l’implantation de supers stations de recharges rapides ;
  • Convertir 230 véhicules de la flotte de la Ville de Montréal au 100 % électrique ;
  • Poursuivre le programme de conversion des autobus de la STM ;
  • Assurer le déploiement, par l’entreprise privée, d’un réseau de 1 000 véhicules électriques en libre-service.

VERDIR D’AVANTAGE MONTRÉAL :

  • Poursuivre l’objectif de 300 000 arbres plantés sur les domaines public et privé d’ici 2025, dont 40 000 sur le mont Royal, tout en continuant à investir dans la lutte contre l’agrile du frêne ;
  • Élaborer une politique d’agriculture urbaine en s’inspirant des initiatives citoyennes * ;
  • Poursuivre l’implantation de la collecte des matières organiques ( végétaux et aliments ) pour atteindre 100 % des immeubles de huit logements ou moins ;
  • Ajouter 1 000 hectares aux aires terrestres déjà protégées de l’agglomération * ;
  • Développer une politique pour contrer le gaspillage alimentaire, une politique zéro-déchet et développer des incitatifs pour l’utilisation de couches lavables ;
  • Poursuivre les travaux pour ajouter une unité de désinfection à l’ozone à la stationd’épuration J.-R.-Marcotte ;
  • Réduire de 20 % la production d’eau potable par rapport à 2011, en étudiant les façons d’inciter les citoyens et citoyennes à diminuer leur consommation et en maintenant un taux de renouvellement annuel des conduites secondaires d’aqueduc au-delà de 1 % * ;
  • Accentuer la recherche dans le domaine des infrastructures vertes, notamment pour ce qui est de l’utilisation du plastique ou du verre dans les routes et trottoirs ;
  • Poursuivre le projet de recherche en phytoremédiation, qui consiste à tester l’efficacité de diverses plantes pour décontaminer les sols ;
  • Améliorer le traitement des eaux usées et la qualité de l’air ;
  • Assurer une cueillette des matières résiduelles, compostage et recyclage efficace et durable dans tous les arrondissements.

Montréal s’est toujours distinguée par sa grande diversité et son ouverture aux différentes cultures, communautés et réalités . Nous sommes tous et toutes Montréalais et Montréalaises. Au cours des dernières années, nous avons beaucoup insisté sur la nécessité de préserver et valoriser le vivre-ensemble, qui définit si bien Montréal.

ENGAGEMENTS 2017-2021 :

S’ENGAGER POUR L’ÉGALITÉ ET L’OUVERTURE :

  • Nommer autant de femmes que d’hommes au comité exécutif de la Ville de Montréal * ;
  • Nommer un Commissaire à la réconciliation avec les autochtones * ;
  • Mettre en oeuvre la Politique de l’enfant, avec ses actions spécifiques touchant la sécurité alimentaire, la persévérance scolaire, l’accessibilité et la sécurité des infrastructures ainsi que l’accès à la culture, aux sports et aux loisirs ;
  • Stimuler la création et la croissance des entreprises au sein des écosystèmes prioritaires que sont : l’entrepreneuriat féminin, l’entrepreneuriat jeunesse et l’entrepreneuriat pour les nouveaux arrivants ;
  • Créer une banque de candidatures à Concertation Montréal pour favoriser la nomination des jeunes, des femmes et des communautés culturelles dans les instances décisionnelles reliées à la Ville *.
  • Diffuser les initiatives de conciliation famille-travail mise en place par notre administration visant à faciliter la participation citoyenne des familles et des femmes dans les instances décisionnelles à la Ville : halte-garderie lors des conseils municipaux, horaires diversifiées, salles familiales, etc ;
  • Créer un Conseil des Aînés à l’image du Conseil des Montréalaises (CM), du Conseil jeunesse de Montréal (CJM) et du Conseil Interculturel de Montréal (CIM). Ce conseil aura les moyens de faire des recherches et des recommandations afin de conseiller le maire et le comité exécutif sur des questions qui touchent particulièrement les personnes aînés notamment l’adaptation de l’aménagement urbain, le sentiment d’isolement, le sentiment de sécurité et le transport, pour ne nommer que ceux-là. Il pourra aussi s’assurer de la prise en compte des préoccupations des personnes aînées dans les décisions de l’administration municipale.

ÊTRE À L’ÉCOUTE DE LA COMMUNAUTÉ LGBTQ+ :

  • Développer et mettre en place une première Politique de la diversité sexuelle et de la pluralité des genres pour Montréal * ;
  • Nommer un agent de liaison comme intermédiaire entre la Ville et la communauté LGBTQ+*.

FACILITER L’INTÉGRATION DES NOUVEAUX ARRIVANTS :

  • Favoriser l’intégration économique des nouveaux arrivants en participant à des programmes comme le Projet Intégration-Travail-Formation, qui permet à des personnes issues de l’immigration qualifiés d’acquérir de l’expérience de travail dans de grandes entreprises montréalaises ;
  • Consolider le travail entamé par le BINAM dans la concertation des ressources, des acteurs et des services ;
  • Avec le BINAM, mettre en place une stratégie « anti-préjugés » pour identifier et éliminer les freins à l’intégration socioprofessionnelle des personnes issues de l’immigration * ;
  • Poursuivre le développement d’outils numériques à l’intention des nouveaux arrivants à l’image du site d’information « Montréal nouveau départ » ;
  • Établir un partenariat avec le gouvernement du Québec – en vertu de l’entente « Réflexe Montréal » afin de doter le BINAM de nouvelles responsabilités en matière d’accueil, d’intégration et de sélection des immigrants *.

SORTIR DE LA RUE ET PRÉVENIR L’ITINÉRANCE :

  • Assurer l’accueil sécuritaire des personnes vulnérables de jour et de nuit en développant des centres de jour et de soir dans les arrondissements, en augmentant le nombre de places en refuges et de mesures d’urgence en période hivernale * ;
  • Augmenter les possibilités d’insertion socioprofessionnelle par des ententes entre la Ville et des entreprises d’économie sociale qui proposent des programmes d’insertion socioprofessionnelle et de formation ;
  • Procéder à un deuxième dénombrement de la population itinérante montréalaise afin de mesurer l’évolution du phénomène ;
  • Porter une attention particulière à la diversité des réalités et adapter nos services : les jeunes, les autochtones, les personnes aînées, les personnes en situation d’handicap, les membres de la communauté LGBTQ+, les communautés culturelles et les femmes.

CONCRÉTISER LE PROJET DE RÉCONCILIATION AVEC LES PEUPLES AUTOCHTONES :

  • Avec les organismes culturels autochtones, mettre en valeur et appuyer les artistes issus des peuples autochtones, en stimulant la diffusion et la valorisation des cultures autochtones traditionnelles et contemporaines dans les réseaux de diffusion de la Ville * ;
  • Continuer les cérémonies d’accueil des nouveaux arrivants par les Chefs des communautés autochtones à l’Hôtel de Ville lors de la Journée nationale des Autochtones le 21 juin* ;
  • Sensibiliser la population montréalaise au nouveau drapeau de Montréal en misant sur la contribution des Autochtones au développement de la Ville et sur le projet des récits fondateurs du centre d’histoire*
  • Travailler de concert avec le Conseil des arts de Montréal et les organismes culturels autochtones pour reconnaître et soutenir les initiatives culturelles autochtones* ;
  • Poursuivre activement le développement et la bonification de la stratégie de réconciliation de la Ville de Montréal avec les peuples autochtones en implémentant son plan d’action*.

ANCRER LES ARTS ET LES CULTURES AU COEUR DE MONTRÉAL :

  • Mettre en pratique la politique culturelle en se dotant d’un budget d’implémentation ;
  • Soutenir les initiatives culturelles des quartiers et favoriser, par les outils de la Ville intelligente, un partage des meilleures pratiques entre arrondissements ;
  • Assurer une représentativité des cultures autochtones et de la diversité culturelle dans les projets soutenus par la Ville ( arrondissement et ville-centre ) et en assurer le suivi ;
  • Collaborer avec le Conseil des arts de Montréal pour favoriser la participation des artistes autochtones et de la diversité, et la diffusion de leurs créations ;
  • Soutenir les initiatives qui favorisent le développement culturel comme milieu intergénérationnel et comme espace de transmission entre les générations ;
  • Assurer le rayonnement international de Montréal par la mise en valeur de la vivacité et de la richesse de ses productions artistiques et culturelles sur la scène internationale ;
  • En concertation avec le Conseil des arts de Montréal, assurer la mobilité des productions artistiques et culturelles montréalaises sur la scène nationale et internationale ;
  • Faciliter la mise en valeur et la transmission des divers patrimoines immatériels du Montréal d’aujourd’hui ;
  • Favoriser la créativité et la participation citoyenne aux arts et à la culture ;
  • Développer des outils pour assurer la concertation et la participation citoyenne en amont des projets d’art public ;
  • Améliorer annuellement, dans le réseau Accès Culture, la représentativité de la diversité culturelle montréalaise et des artistes issus de la diversité, ainsi que ceux des communautés autochtones et anglophones, et ce, aussi bien dans la programmation que dans les publics ;
  • Assurer le soutien de la Ville au Conseil des arts de Montréal.

FAVORISER LA PARTICIPATION CITOYENNE CHEZ LES JEUNES :

  • Doter chaque arrondissement d’un Conseil jeunesse local qui pourra s’exprimer sur le développement de son quartier ;
  • Initier les jeunes du secondaire à la démocratie municipale, notamment par des simulations parlementaires au conseil municipal de l’Hôtel de ville tel que le Jeune conseil de Montréal ;
  • Élargir le mandat de l’Office de consultation publique de Montréal ( OCPM ) afin d’y intégrer un volet dédié spécifiquement à encourager la participation des jeunes dans les consultations publiques de leur quartier.

© Équipe Denis Coderre pour Montréal 2017 Autorisé par Robert Richard, agent officiel

Abonnez-vous à notre infolettre